Règlement  Intérieur des Magasins

(Entré en vigueur le 15 mai 1948)

Le présent texte réunit les différentes consignes qui sont actuellement en vigueur dans les Magasins. Il peut le cas échéant, être complété par des annexes, précisant certaines dispositions en les adaptant aux conditions particulières d’exécution de certaines fonctions.

Toute infraction aux instructions contenues dans ce règlement et ses annexes sera considérée comme faute de discipline pouvant constituer dans certains cas, une faute lourde et entrainera des sanctions

TENUE  ET  DISCIPLINE  GENERALE

 Activité — Tout employé ou ouvrier doit consacrer toute son activité au service de l’entreprise.

Discrétion La discrétion la plus entière est de rigueur pour toutes les questions intéressant l’entreprise, aucune communication concernant notamment les travaux exécutés, les statistiques, les relations avec les Fournisseurs ou les Clients, ne doit être faite à des personnes étrangères à l’entreprise ou, sauf nécessité de service, à des personnes de l’entreprise.

Neutralité politique — Aucune question étrangère à l’activité professionnelle, en particulier aucune question d’ordre politique, ne peuvent être discutées pendant les heures de travail.

Le port d’insignes autres que les décorations officielles est rigoureusement interdit.

Quêtes —  Aucune quête, ni d’une manière générale, aucune sollicitation d’argent pour quelque motif que ce soit, ne peuvent être faites auprès du personnel de la Maison, des clients ou des fournisseurs, sans l’autorisation de la Direction.

Pourboires — Il est formellement interdit de donner et d’accepter aucun pourboire, sauf autorisation de la Direction, cas prévus par la  Réglementation professionnelle.(Conventions collectives, arrêtés, etc..).

Usage du téléphone Les employés et ouvriers ne doivent pas se servir du téléphone de la Maison pour des fins privées, excepté dans les cas urgents et après en avoir reçu autorisation de leur chef.

Les communications privées provenant de l’extérieur, destinées au personnel sont interdites, sauf pour les cas graves. Les parents et amis de nos employés doivent être informés par eux de cette règle.

Interdiction de fumer L’interdiction de fumer est absolue dans les locaux de l’entreprise tant en vertu des règlements de police que par la nécessité d’assurer la bonne tenue du personnel pendant le travail. Exception est faite à cette règle pour les cantines et le restaurant des clients. Etant donné l’importance attachée à cette interdiction et les risques pouvant résulter de la non-observation de cette règle, toute infraction sera considérée comme faute lourde impliquant le renvoi immédiat et sans indemnité.

Tenue — Le personnel masculin doit être sobrement vêtu.

Le personnel féminin non cadre, doit porter les blouses, cols et éventuellement manchettes, serre-tête et tablier qui lui sont fournis par la Société. Ces vêtements de travail ne doivent pas être portés en dehors du service. Ils doivent être laissés dans les vestiaires après la cessation du travail. Le plus grand soin doit être pris de ces vêtements.

Un macaron portant un numéro est remis à chaque vendeuse qui doit le porter en permanence, d’une façon apparente, sur le côté gauche de la blouse.

Propreté des locaux – Les emplacements de travail (intérieur des bergeries, réserves, bureaux) et les locaux mis à la disposition du personnel (vestiaires, lavabos, et toilettes) doivent être remis en parfait état de propreté. Il est recommandé de ne rien jeter dans les lavabos et toilettes, qui risquerait d’engorger les canalisations ou de provoquer des dégâts.

10° Achats du personnel — Les consignes concernant les achats du personnel sont détaillées dans l’annexe 1.

11° Visites personnelles — Il est formellement interdit de recevoir dans les rayons et les services des visites personnelles.

Dans des circonstances tout à fait exceptionnelles, les Cadres pourront autoriser les employés à s’entretenir quelques instants avec un parent ou un ami dans un endroit désigné à cet effet.

12° Dossiers du personnel Tout changement d’adresse, d’état civil, ou de situation de la famille, doit être communiqué immédiatement au service du personnel. L’omission de cette formalité peut avoir des conséquences sérieuses. La Direction décline toute responsabilité en cas d’infraction à cette disposition.

CONTROLE DES ENTREES, DES SORTIES,

ET DE LA CIRCULATION A L’INTERIEUR DE L’ENTREPRISE.

1° Entrée Pointage Sonnerie – Les entrées et les sorties du personnel se font en passant par des portes désignées. Les chefs de service font connaître à leurs employés les issues à utiliser.

La durée du travail effectif est fixée d’après un horaire approuvé par l’Inspecteur du Travail et communiqué au personnel par une note de service.

Les feuilles de paye étant établies d’après les livres ou les cartons de pointage, le personnel est tenu de se faire pointer selon la méthode qui lui sera indiquée par son Chef (voir annexe II).

La sonnerie d’ouverture marque le commencement du travail. Les employés doivent donc être en tenue et se mettre effectivement au travail, dans les rayons et services au moment de cette sonnerie. En cas de retard, l’employé est tenu de donner toutes justifications utiles à son Chef. Il est pointé sur le livre spécial des retards. Tout retard peut entrainer une  note au dossier, et sa réduction de salaire correspondant au retard. De fréquents retards constituent une cause de renvoi.

Les heures de table sont portées à la connaissance du personnel par les chefs de service, le roulement s’il est jugé nécessaire est établi selon les besoins du service.

Les employés ne doivent cesser leur travail et aller s’habiller ou faire leur toilette, pour les sorties de l’heure de table ou de la fermeture, qu’après les sonneries correspondantes.

2° Circulation dans la Maison — Aucun ouvrier ou employé ne peut quitter son poste de travail sans en avoir obtenu au préalable, l’autorisation de son chef.

Monte-charge – Le monte-charge est uniquement destiné au transport des marchandises. En aucun cas il ne peut être utilisé par les employés pour se rendre d’un étage à un autre. Toute infraction fera l’objet de l’une des sanctions prévues par le présent règlement.

Sorties de service, et sorties personnelles — Toute absence à l’extérieur pendant les heures de travail pour raison personnelle ou de service, doit faire l’objet d’un laissez-passer signé par le Directeur. Le laissez-passer visé à la sortie et à la rentrée détermine le temps d’absence.

Congés pour convenances personnelles – L’autorisation d’absence personnelle qui doit faire l’objet d’une demande préalable au Directeur, donne lieu à une retenue sur le salaire. Toute absence non autorisée, autre que pour cause de maladie peut donner lieu à des sanctions.

REGLES  CONCERNANT  LA  PAYE

La Paye – La paye s’effectue dans les derniers jours du mois. Les règles concernant la paye et plus particulièrement celles qui pourraient résulter de la non-conformité de la fiche de paye et de celle insérée dans l’enveloppe, doivent être présentées au moment même de la remise des enveloppes. Aucune réclamation ne peut être acceptée par la suite.

Mineurs – Les mineurs doivent présenter une attestation signée de leur père ou leur tuteur, les autorisant à percevoir leur paye. Ceux de moins de 18 ans doivent présenter leur livre d’apprenti, prévu à l’article 88 du Livre 1er du Code du Travail.

REGLES  CONCERNANT  LA VENTE

Vente – Il est rigoureusement interdit de vendre à d’autre prix que ceux marqués, et sans réclamer, les tickets, points, bons d’achats, prescrits par le service du ravitaillement général, et autres services similaires. Toute infraction à cette règle sera considérée comme une faute lourde.

Les articles doivent être emballés conformément aux consignes de la Direction et en évitant le gaspillage des emballages. Ne pas donner, en particulier des sacs d’une dimension supérieure à la dimension nécessaire.

Le personnel a le devoir de respecter les marchandises dans les réceptions, réserves et rayon, et de prendre soin du matériel de présentation, et d’affichage.

Pendant les heures de travail les vendeuses qui désirent aller aux lavabos, doivent demander l’autorisation de s’absenter à un Chef de Service. Celui-ci devra, si cela est nécessaire, pourvoir au remplacement de la vendeuse, afin que son absence ne constitue pas une gêne dans le service de la vente.

Les vendeuses ne doivent pas parler entre elles dans leur bergerie. Sauf pour les besoins du service. Lorsqu’elles ne servent pas de clients, elles ne doivent pas se tenir à côté l’une près de l’autre, mais chacune à un bout de bergerie, afin que celle-ci soit totalement surveillée. Ceci ayant pour but d’éviter les vols.

En cas d’indisposition, demander sans attendre l’autorisation de s’absenter, et se rendre au local du service médical, qui est à la disposition du personnel. En cas d’indisposition sérieuse demander l’autorisation de regagner son domicile.

Les Chefs de Groupe ont seuls qualité pour autoriser exceptionnellement un échange de marchandises. Il y a lieu de le faire intervenir pour toute contestation avec la clientèle, ou toute demande des services officiels. (Services des Prix, Service des Fraudes, Service de la Répartition, etc…).

D’autre part, il est rappelé au personnel que l’observation des règles suivantes est indispensable.

Le personnel doit veiller à la propreté des dessus de comptoirs, et de la marchandise qui y est exposée, de même qu’à la propreté et au bon rangement des articles stockés dans les dessous de bergerie. Il doit s’efforcer de réaliser une présentation agréable et marchande respectant les directives de ses Chefs.

Le personnel de la vente doit observer la politesse et la complaisance, vis-à-vis des clients, de même que la correction de tenue et de langage vis-à-vis de ses collègues.

Toute marchandise vendue doit être immédiatement remplacée sur la proposition.

A la sonnerie de fermeture, la couverture des bergeries doit être effectuée à deux.

Les premières vendeuses, sous la direction des Chefs de Groupe, sont responsables de la bonne tenue de leur réserve.

Elles sont, de même que les vendeuses, responsables sous la direction des Chefs de Groupe, du contrôle quantitatif, des marchandises, des points, des tickets et des bons correspondants.

Les premières qui doivent quitter leur bergerie pour travailler en réserve, le feront aux heures et jours prévus par la direction, ou exceptionnellement après accord du chef de groupe ou son remplaçant.

Caisses – Toute vendeuse disposant d’une caisse individuelle, et d’un tiroir-caisse fermant à clef, est normalement responsable de l’enregistrement et de l’encaissement de ses ventes.

Pour toute vente, il doit être frappé un ticket lisible qui est remis au client. Les billets remis par le client en paiement, doivent être dépliés en présence et au vu du client.

De fréquentes erreurs de caisse constituent une cause de renvoi.

Il est formellement interdit de toucher, sans autorisation à une caisse ou un tiroir-caisse autre que le sien.

Les tickets que les clients abandonnent sur les comptoirs, doivent être déchirés et jetés dans l’allée.

Il est interdit de conserver des tickets. Il faut immédiatement faire annuler et signer par le Chef de groupe de service les tickets dont la frappe est erronée, qui doivent être joints au relevé de caisse de fin de journée.

La non observation des prescriptions relatives aux tickets constitue une faute lourde qui peut entraîner le congédiement sans indemnité.

Une sonnette est à la disposition de la vendeuse pour appeler le chef de groupe ou un surveillant lorsqu’elle a besoin de faire de la monnaie à un client ou en cas d’erreur de frappe de ticket.

Les ventes à crédit sont interdites. Dans le cas exceptionnel où ceci pourrait se produire, seuls les chefs de groupe sont qualifiés pour effectuer les dites ventes. Ils devront au préalable en informer le Directeur, et faire établir la facture correspondante. Celle-ci sera remise à la comptabilité qui est chargée des encaissements.

 REGLES CONCERNANT  LA  SECURITE

 Les postes d’incendie et les tableaux électriques ne doivent jamais être encombrés.

Le fait de dérober des clés sous verre qui permettent, en cas de sinistre, l’ouverture de certaines portes, sera considéré comme un délit grave ainsi que l’utilisation injustifiée ou la détérioration des appareils de Sécurité incendie.

Il est formellement interdit de supprimer de quelque façon que ce soit la visibilité assurée par les oculus.

Conformément au décret du 7 février 1941, les portes de secours et les couloirs d’évacuation doivent être toujours libres, les portes de secours ne doivent jamais être fermées pendant l’occupation des locaux par la clientèle ou les employés.

En cas dincendie, chacun a le devoir de :

Prévenir la direction

D’essayer d’éteindre le foyer à l’aide des moyens de défense les plus proches : seaux pompes, extincteurs (s’il s’agit d’un foyer d’incendie dans les câbles électriques sous tension, l’eau ne doit absolument pas être utilisée).

D’occuper le poste qui lui est assigné sur les consignes.

De faciliter les manœuvres autour des postes d’

De rassurer la clientèle tout en l’orientant vers les sorties ordinaires et de secours les plus praticables d’après les circonstances.

Des consignes spéciales pour les cas d’incendie et d’alerte sont affichées dans le magasin, et tout le personnel a le devoir de s’y conformer.

En raison des dangers qui peuvent résulter des travaux mal exécutés, que ce soit sur des canalisations électriques, de gaz ou d’eau, sur des appareils mécaniques, ou toutes autres installations des immeubles, il est formellement interdit d’apporter des modifications ou des adjonctions quelconques aux installations déjà existantes ou même de faire directement des réparations sans passer par les services responsables.

    2° Surveillance – Le personnel est tenu d’avoir à l’égard du personnel de surveillance, une attitude correcte, et doit faciliter l’exécution des consignes dont ce personnel a la charge.

Chaque employé est tenu de contribuer à empêcher tout délit de vol, et le cas échéant de se soumettre aux mesures que la Direction juge nécessaires pour découvrir les délits de ce genre.

Il est en particulier obligé de se soumettre aux fouilles qui peuvent être pratiquées. Cette mesure ne doit pas être considérée comme une brimade, mais comme une nécessité imposée par les besoins de la surveillance. En aucun cas les employés ne doivent faire obstacle à cette fouille.

Sacs, Paquets, et autres objets trouvés Les paquets apportés de l’extérieur doivent être remis en garde au surveillant, et sont repris le soir dans les mêmes conditions que les paquets contenant des achats faits dans le magasin.

Il est interdit de recevoir ou de remettre à des personnes étrangères un paquet quelconque. Toute infraction à cette règle sera considérée comme une faute lourde.

Chaque vendeuse disposant d’une armoire vestiaire pouvant être fermée par un cadenas individuel doit y laisser tous ses objets personnels : Sacs à main et argent compris. L’introduction d’argent dans le magasin est rigoureusement interdite.

Il est interdit de remettre à des personnes étrangères à la Maison, un paquet quelconque, sans que cette remise soit contrôlée par un chef de groupe.

A  la sortie, les employés doivent être revêtus de tous leurs vêtements (Imperméable, manteaux, pardessus, etc …). Et ne pas les porter sur le bras.

4° Objets trouvés – Tout objet trouvé doit être immédiatement signalé au chef de service ou de rayon et remis au bureau, ou si le magasin est fermé, à la personne désignée à cet effet.

Le personnel ne doit donner à quiconque aucune sorte de renseignements sur la nature et l’importance des objets trouvés, et doit toujours adresser les personnes réclamant au bureau.

(Envoi de Daniel BUISSON – 2022)

 

Ce site est le vôtre

et peut évoluer grâce à vous ;

Si vous avez constaté une erreur ou perçu une omission,

contactez-nous par notre courriel sur : 

« tout-prisu@orange.fr »